Tout sur notre jounal
ICI
Le N°74 vient de paraître
   
 

 

POUR UN DROIT DU TRAVAIL PROTECTEUR DES SALARIÉ-E-S :

NON AU RAPPORT COMBREXELLE !

La construction du Code du travail en France est issue d’un siècle entier de grèves et de négociations. Les lois et

les conventions internationales concernant les durées légales, le Smic, les conditions de travail, les institutions

représentatives du personnel, la santé, l’hygiène, la sécurité, et les droits attachés aux licenciements sont le fruit

des combats passés. Il en est de même de la construction du statut de la fonction publique.

À peine les lois Macron et Rebsamen votées, le gouvernement compte engager, en suivant les préconisations du

rapport Combrexelle, une réforme qui peut changer la nature du Code du travail et transformer la fonction de la

négociation collective. La volonté affichée de simplification dissimule un projet de déréglementation qui vise à

affaiblir les droits des salarié-e-s en élargissant les possibilités pour la négociation d’entreprises de déroger au

Code du travail en défaveur des salarié-e-s.

Ne nous y trompons pas. L’ensemble des salarié-e-s est visé. Le premier ministre préconise le même breuvage

pour la fonction publique : « Il faudrait un rapport Combrexelle pour la fonction publique. » D’ores et déjà un agent

sur cinq est soumis au système du contrat. Et Macron affirme que le statut des fonctionnaires n’est plus ni

« adéquat » ni « justifiable ».

En réalité le droit du travail n’a jamais été aussi complexe que depuis que se sont multipliées les dérogations à la

loi en faveur du patronat. Le but du Medef et du gouvernement n’est pas de simplifier le droit du travail. Il est de

mettre en cause la légitimité de la loi, de liquider définitivement le principe de faveur, qui prévoit que les accords

d’entreprises ne peuvent déroger aux accords de branche ou au Code du travail que s’ils sont plus favorables

aux salarié-e-s. Le but est de mettre la négociation collective au service de la compétitivité et des employeurs et

d’aboutir à un Code du travail facultatif pour sa plus grande partie. Le rapport Combrexelle va même jusqu’à

prévoir qu’un accord collectif puisse primer sur « l’intérêt individuel » du salarié-e concrétisé par son contrat de

travail. Sont donc remis en cause par ces propositions tant les acquis collectifs des salarié-e-s que les avantages

individuels des contrats de travail.

Le respect des droits des salarié-e-s est un choix politique qui concerne toute la société, il doit donc faire l’objet

de décisions s’appliquant à toutes les entreprises. La négociation collective est nécessaire pour prendre en

compte les situations diverses. Elle doit rester un complément au service des salarié-e-s et non pas se substituer

à la loi. Le droit du travail, hélas, est le moins enseigné, le moins connu, le plus dénigré, le plus fraudé, alors qu’il

est le plus essentiel, le plus vital pour 18 millions de salarié-e-s. Réduire les droits des salarié-e-s, c’est aussi par

contrecoup s’attaquer aux chômeurs-euses, aux retraité-e-s, aux jeunes qui débutent une activité professionnelle.

La justification première du droit du travail, contrebalancer le pouvoir patronal, reste plus que jamais d’actualité.

Face aux tenants d’une simplification du droit du travail au travers d’un droit avec le moins possible de lois, de

juges, de sanctions, nous défendons un droit du travail avec davantage de droits pour tous et toutes les salarié-es,

leurs représentant-e-s, les comités d’entreprise (CE), les comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de

travail (CHSCT), des médecins du travail non soumis au patronat, et davantage d’inspecteurs-trices du travail

avec une garantie d’indépendance. Nous voulons un droit du travail plus accessible, plus effectif, avec un accès

au juge facilité, des sanctions réelles et rapides des violations aux règles qu’il prévoit.

Nous refusons tout ce qui renforce la soumission des salarié-e-s à l’exploitation patronale. Ensemble, nous

appelons à faire campagne contre les projets annoncés par le gouvernement, visant à réduire et à subordonner

les droits des salariés aux exigences des entreprises. Nous appelons à expliquer, à mobiliser, à empêcher par

toutes actions utiles que le patronat et le gouvernement liquident un siècle de combats. Pour un droit du travail

protecteur des salarié-e-s ! Que le progrès social l’emporte au travail, pas l’exploitation féroce !

LES 100 PREMIERS SIGNATAIRES :

Catherine Achin (politiste), Bruno Amable (économiste), Geneviève Azam (Attac), Ana Azaria (Femmes Égalité), Ludivine

Bantigny (historienne), Stéphane Beaud (sociologue), Fatima-Ezzahra Benomar (Les effronté-e-s), Loïc Blondiaux

(politiste), Laurent Bonelli (politiste), Jacques Bidet (philosophe), Patrick Bruneteaux (sociologue), Mireille Bruyère

(économiste), Claude Calame (anthropologue), Christophe Charle (historien), Isabelle Charpentier (sociologue), Deborah

Cohen (historienne), Philippe Corcuff (sociologue), Pierre Cours-Salies (sociologue), Thomas Coutrot (Attac), Philippe

Davezies (économiste), Laurence de Cock (historienne), Marielle Debos (politiste), Caroline de Haas (féministe), Marine de

Lasalle (politiste), Christine Delphy (féministe), Monique Dental (féministe), Paul Dirckx (sociologue), Josepha Dirringer

(juriste), Emmanuel Dockès (juriste), Cédric Durand (économiste), Guillaume Etievant (Fondation Copernic), Nathalie

Ethuin (sociologue), Éric Fassin (sociologue), Anne Fretel (économiste), Jean Gadrey (économiste), Franck

Gaudichaud(politiste), Dominique Godineau (historienne), Bertrand Geay (sociologue), Didier Gelot (économiste), Ozgur

Gun (économiste), Jean-Marie Harribey (économiste), Odile Henry (sociologue), Michel Husson (économiste), Sabina

Issehnane (économiste), Sophie Jallais (économiste), Fanny Jedlicki (sociologue), Esther Jeffers (économiste), Anne Jollet

(historienne), Pierre Khalfa (Fondation Copernic), Danièle Kergoat (sociologue), Razmig Keucheyan (sociologue), Michel

Koebel (sociologue), Rose-Marie Lagrave (sociologue), Christian Laval (sociologue), Frédéric Lebaron (sociologue),

Catherine Leclercq (sociologue), Olivier Lecour Grandmaison (historien), Rémi Lefebvre (politiste), Philippe Légé

(économiste), Patrick Le Moal (Fondation Copernic), Dominique Lhuillier(psychologue), Wenceslas Lizé (sociologue),

Frédéric Lordon (économiste), Michael Lowy (sociologue), Jonathan Marie (économiste), Christiane Marty (féministe), Gus

Massiah (Aitec), Gérard Mauger(sociologue), Hélène Michel (politiste), Julian Mischi (sociologue), Christian de

Montlibert(sociologue), Robi Morder (juriste), Corinne Nativel (géographe), Olivier Neveux (professeur d’esthétique du

théâtre), Ugo Palheta (sociologue), Willy Pelletier (Copernic), Irène Pereira (sociologue), Elsa Peskine (juriste), Roland

Pfefferkorn (sociologue), Louis Pinto (sociologue), Dominique Plihon (Attac), Bernard Pudal (politiste), Cécile Rabot

(sociologue), Emmanuel Renault (philosophe), Jacques Rigaudiat (économiste), Michèle Riot-Sarcey (historienne), Daniel

Rome(Attac), Catherine Samary (économiste), Yasmine Siblot (sociologue), Arnault Skornicki (politiste), Charles Soulié

(sociologue), Henri Sterdyniak (économiste), Maya Surduts (Cadac), Suzy Rojtman (CNDF), Lucie Tanguy (sociologue),

Albena Tcholakova (sociologue), Annie Thebaud-Mony(sociologue), Julien Théry-Astruc (historien), Sylvie Tissot

(sociologue), Christian Topalov(sociologue), Aurélie Trouvé (économiste), Jacques Sauvageot (ITS), Morgan Sweeney

(juriste), Florence Weber (sociologue), Cyril Wolmark (juriste)…


TRACT
 
 

Message aux travailleuses du nettoyage du ministère des Finances publiques, en grève le 15 juillet contre le diktat imposé par l’UE au peuple grec

Nous saluons la victoire du NON
 
au référendum en Grèce !
 
NON au diktat de la Troïka,
 Non à l’austérité.
Avec les femmes et le peuple grec, Solidarité
 
 
 
Alexis TSIPRAS et son gouvernement ont eu le courage d’organiser cette consultation en appelant le peuple grec à se prononcer sur les nouvelles exigences de l’UE, de la BCE et du FMI ; et ceci après toutes sortes de chantages utilisés par ces trois institutions et les Etats européens, à commencer par l’Allemagne avec l’aide de la France, pour imposer la poursuite de la politique d’austérité.
 
Au cours des dernières semaines, nous avons assisté à des mesures imposées par la BCE, comme la fermeture des banques en Grèce, cherchant ainsi à asphyxier l’économie et à semer la peur parmi la population. Les grands médias français ont contribué à une campagne de manipulation d’ampleur, semant la confusion et diffusant des contrevérités sur la signification de ce référendum, sur les manifestations de soutien au NON, sur l’état d’esprit de la population.
 
Le peuple grec a refusé le diktat de la Troïka en exprimant très majoritairement, son aspiration à enrayer les politiques d’austérité, à être maître de ses choix. Toutes celles et tous ceux qui ont voté NON donnent une mission renforcée à A. TSIPRAS pour ne pas plier face aux politiques de l’Europe néolibérale. 
 
Nous nous réjouissons de ce résultat qui est d’une grande importance pour les peuples d’Europe, pour nous-mêmes en France, il nous montre qu’il est possible de résister, de dire NON à l’Europe néolibérale. 
 
Nous exprimons notre soutien et notre solidarité résolus aux femmes et au peuple grec ; il faut rester mobilisés, tout n’est pas gagné faisons respecter le choix du peuple grec ! 
 
 
 
 
Paris le 5 juillet 2015
Grèce
Non au Diktat de la troïka,
Non à l’austérité
Avec le peuple grec solidarité.
 
Rassemblements, manifestations, plusieurs milliers de personnes sont descendues dans les rues pour manifester leur solidarité avec le peuple grec: Rassemblement le 20 mai, Manifestation le 20 juin, Rassemblement le 28 juin, Manifestation le 2 juillet à Paris et dans plusieurs villes de province.
 
Cette mobilisation montre l’importance de la résistance du peuple grec au diktat de la Troïka, son aspiration à rester maître de ses choix. Face aux pressions des dirigeants des Etats européens, de la finance européenne et du FMI, nous restons mobilisées pour soutenir le peuple grec.

 
Le mois de juin, a été traversé 
par une intense activité
Le rassemblement pour la défense des Services publics à Guéret les 13 et 14 juin a été un réel succès. Beaucoup de monde, des échanges intéressants et une volonté ferme de faire barrage à la destruction de ces services si nécessaires à notre vie quotidienne. 
Les mobilisations de soutien aux migrants chassés et matraqués par la police ont été aussi au rendez-vous. A la manifestation du 16 juin nous étions 3 000 participants à exprimer notre solidarité avec les migrants et exiger des conditions d’accueil dignes.



 

Mardi 16 juin, à 18h30  à La Chapelle 
(métro La Chapelle ligne 2)
 associations, syndicats et partis politiques appellent à une  
Manifestation de soutien aux migrants. 
Expulsés et réprimés par la police ils sont encore nombreux à être à la rue. François Hollande s'oppose à la création d'un centre d’accueil, Manuel Valls s'oppose à l’accueil des réfugiés et ferme les frontières. 
Soyons très nombreuses pour manifester, témoigner de notre soutien et exiger des conditions d’accueil et d’hébergement dignes pour tous les réfugiés. 
 

Nous serons à Guéret

 

Pour défendre et reconquérir les Services Publics nous participerons le 13 juin au rassemblement de Guéret, initiative lancée par la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics.  
Aux côtés des syndicats associations, partis politiques nous serons présentes dans la bataille pour des services publiques de qualité et accessibles à toutes et à tous.
La protection sociale, la poste, l’hôpital, les maternités, les crèches, l’école, les transports publics, le logement, la justice, le social, … tant de services indispensables pour la vie quotidienne et l’emploi des femmes à commencer par celles des milieux populaires.
Le coup d’envoi pour la mobilisation a été donné hier à la conférence de presse à Paris.
Femmes Egalité est signataire de l’appel, nous invitons les adhérentes d’Egalité, nos amies, toutes celles qui veulent défendre notre bien commun, les Services Publics, à participer à la manifestation du 13 juin.
Nous aurons un stand dans le village militant : documentation, discussions sur « Les services publics, un bien fondamental, pour les femmes» vous y attendent.

Cliquez sur les images pour avoir accès au programme et au plan

 
               
Toutes à Guéret pour défendre les services publics !
 
Paris le 13 mai 2015


Tribune parue vendredi 5 juin dans Libération.

L'Assemblée nationale vient de voter la suppression du «rapport de situation comparée», outil indispensable pour réduire les inégalités femmes-hommes en entreprise. Le gouvernement est-il en train de délaisser légalité professionnelle ?

 
TRIBUNE 

Egalité professionnelle, une succession de régressions

 Signataires : 
Ana Azaria présidente de Femmes Egalité, 
Cécile Gondard-Lalanne codéléguée générale de l'Union syndicale Solidaires, 
Christiane Marty Fondation Copernic, 
Suzy Rojtman co-porte-parole du Collectif national pour les droits des femmes, 
Céline Verzeletti secrétaire confédérale de la CGT.
Décidément, l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes est bien malmenée. Dernier exemple : lAssemblée nationale vient de voter, mardi 2 juin, la loi sur le dialogue social, qui supprime l'obligation de fournir un rapport de situation comparée entre les femmes et les hommes au sein de l'entreprise. Ce rapport permettait d'analyser l'ampleur des inégalités au travail, dans tous les domaines, à partir de données fiables et précises. C'est sur cette base qu'il a été possible, dans les négociations sur l'égalité professionnelle, d'obtenir quelques avancées, toutefois insuffisantes. Les amendements introduits à la loi sur le dialogue social évoquent désormais des «informations et des indicateurs chiffrés», avec un détail de sujets à aborder et une «analyse» à fournir. Mais noyés dans la base de données uniques sur l'entreprise, auront-ils la même efficacité qu'un rapport spécifique ? Nous en doutons.
 
D'un autre côté, la négociation dédiée sur l'égalité professionnelle est, après amendement, fusionnée avec la qualité de vie au travail et peut, après un accord majoritaire dans l'entreprise, ne devenir que triennale.
Ces nouvelles régressions s'inscrivent plus largement dans les inégalités structurelles issues des systèmes de domination de sexe et de classe, qui servent toujours les intérêts du patronat. Bien qu'ayant un niveau d'éducation en moyenne supérieur, les femmes sont surreprésentées dans les métiers non qualifiés, à bas salaires, et concentrées dans des sphères professionnelles dites féminines. Elles gagnent 27% de moins que les hommes, tous temps de travail confondus. Les femmes ont surtout subi les effets des mesures favorisant, depuis les années 90, le développement de la flexibilité et de la précarité - travail à temps partiel notamment, en grande majorité féminin, souvent imposé et horaires variables.
Autre recul : les retraites. Depuis 1993, les réformes successives sur les pensions, basées sur l'allongement continu de la durée de cotisation, pénalisent plus durement les femmes du fait de leur carrière en moyenne plus courte (temps partiels, interruptions d'activité pour les enfants). Les femmes sont obligées de s'arrêter de travailler à un âge moyen plus élevé que les hommes, ou subissent une décote plus forte de leur pension. Ces effets sont parfaitement connus. Les féministes et les syndicats les ont dénoncés, lors des manifestations contre le projet de loi de 2010.
Plus récemment, l'accord national interprofessionnel, de janvier 2013, est censé encadrer les temps partiels à vingt-quatre heures hebdomadaires minimums. Mais de nombreuses dérogations en réduisent considérablement la portée. Un salarié peut demander à faire moins de vingt-quatre heures : on imagine bien les possibilités en termes de chantage à l'emploi. De plus, un accord de branche peut fixer une durée minimale inférieure.Le bilan établi par le ministère en avril 2015 est éclairant : la quasi-totalité des 48 branches ayant conclu un accord s'est emparée de la possibilité de fixer une durée minimale inférieure à vingt-quatre heures !
Des salariées du nettoyage ont fait grève pendant deux mois pour obtenir simplement l'application de l'accord de branche des entreprises de la propreté, qui prévoit des contrats de seize heures minimum (cf. la récente lutte des salariés de l'entreprise TFN-Atalian).
Cette année, la future loi Macron, qui autorise l'ouverture des commerces en soirée et de nuit, et 12 dimanches par an pendant toute l'année dans les zones classées «touristiques», concerne majoritairement des femmes. Ce sont elles qui représentent l'essentiel du salariat dans le commerce, et plus de la moitié des travailleurs du dimanche. Elles sont censées être volontaires, mais quel est leur véritable choix ? Pour celles qui vivent en famille monoparentale, la garde des enfants sera, le dimanche comme en semaine, un véritable casse-tête. Sans parler de la dégradation de leur qualité de vie !
Dernier épisode en date, la loi sur le dialogue social que vient de voter l'Assemblée et qui supprime le rapport de situation comparée, et fusionne la négociation dédiée à l'égalité avec la qualité de vie au travail. La succession de ces différents textes de loi sinscrit dans une politique de déréglementation du marché et du droit du travail poursuivie par tous les gouvernements depuis les années 90. L'application du droit du travail est rendue de plus en plus problématique dans certaines entreprises. Il serait pourtant nécessaire d'être ferme sur l''application de la législation, notamment en sanctionnant les entreprises qui dérogent à leurs obligations (55% en 2009).
Plus globalement, ces lois vont provoquer un affaiblissement des institutions représentatives du personnel en les concentrant dans une structure unique. Les réformes de l'inspection du travail et du fonctionnement des conseils des prudhommes aggraveront encore la situation. Nous constatons cette régression sociale sous un gouvernement censé être de «gauche» ! Ce gouvernement ose s'attaquer directement aux dispositions dédiées à l'égalité alors qu'il faudrait, au contraire, des mesures ciblées pour les droits des femmes. La loi sur le dialogue social va exactement dans le sens inverse !
 
 
Jeudi 28 mai 2015 entre 12h et 17h
Avec les salariés de Carrefour Market Grand rassemblement 
devant le siège Carrefour France
 
 
33 avenue Emile Zola 92100 Boulogne-Billancourt
(Métro Pont de Sèvres ; ligne 9)
Pour réclamer des salaires décents, 
de meilleures conditions de travail 
et les mêmes avantages pour tous les salariés du groupe Carrefour !
 
Nous vous appelons à manifester notre soutien 
 
aux femmes et au peuple grecs.
 
Organisation de Femmes Egalité
 
Voir l'appel ci-dessous, en pj et la page de l'évènement FB : https://www.facebook.com/events/982173355156301/
 
Rassemblement place de la République
Mercredi 20 mai, 18h30 
 
SOUTIEN AU PEUPLE GREC CONTRE L’EUROPE NEOLIBERALE 
DEFENDONS LES CHOIX DEMOCRATIQUES DU PEUPLE
LES LIGNES ROUGES ETABLIES PAR LE MANDAT POPULAIRE 
NE DOIVENT PAS ÊTRE FRANCHIES
 
 
Les institutions européennes continuent de renforcer le chantage économique et politique contre les choix du peuple grec. 
 
Jeudi 21 mai aura lieu à Riga une réunion décisive dans la confrontation politique entre l’austérité et la justice sociale, entre le néolibéralisme et la démocratie, en Europe. 
 
Des messages depuis la Grèce (voir par exemple « Les lignes rouges du gouvernement sont aussi les lignes rouges du peuple grec ») appellent à des mobilisations populaires partout en Europe. Il s’agit de défendre les « lignes rouges » du peuple concernant le travail et l’emploi (négociations collectives, interdiction des licenciements collectifs, augmentation du salaire minimum), la sécurité sociale et les retraites, la justice fiscale, le fardeau insoutenable de la dette et le respect de la démocratie.  
 
Nous appelons à une mobilisation mercredi 20 mai à 18h30 place de la République pour exiger le respect des « lignes rouges » établies par le mandat populaire, contre l’austérité et pour la démocratie. 
 
Collectif unitaire AVEC LES GRECS

La mobilisation contre la loi MACRON continue
"MACRON TA LOI ON N'EN VEUT PAS !"
Scandaient hier les manifestants devant le Sénat. Les salariés sont  toujours en pied de guerre contre la loi Macron.
Pour notre Organisation Françoise Nassoy a pris la parole 
 téléchargez notre intervention 
 
Les salariés de la Fnac aussi mobilisés
 Avec les amendements du sénat à la loi Macron celle-ci est aggravée. Tous, les magasins de biens culturels sont autorisés à ouvrir tous les dimanches. Ci joint communiqué intersyndical de la Fnac : "Les assassins du dimanche, crime gratuit". Le 12 mai, les salariés des magasins débrayaient, nous étions à Lyon pour les soutenir. 


 
Rassemblement
le jour du vote final du projet de loi  par le Sénat
Mardi 12 mai à 12h 
Devant le Sénat rue de Tournon 
(Station Luxembourg RER B ou Mabillon métro Ligne 10)
A l’appel Le Clic-P
Comité de Liaison Intersyndical du Commerce Paris  
(tract à télécharger)
VENEZ TRES NOMBREUSES 
Pour nous la loi Macron c’est toujours NON !  
Le projet de loi est en discussion au Sénat qui amendement après amendement a aggravé le texte. Alexandre Bompard, patron de la FNAC l’avait demandé, l’UMP l’avait proposé et les Sénateurs UMP et PS l’ont voté, l'ouverture dominicale permanente des commerces de biens culturels !
Les arguments cyniques pour justifier ce vote  la concurrence d’Amazon ! Le syndicat des libraires a réagi dans un communiqué : « Les libraires ne sont pas demandeurs d’une dérogation généralisée au repos dominical ». Quant à la FNAC et d’autres enseignes, elles pratiquent le e-commerce avec leurs sites marchands et d’ailleurs ils se plaignent que La Poste ne livre pas (encore) le dimanche ! 
La banalisation du travail dominical est en route,…
stoppons-là !

La campagne pour la libération de 
Wafa Charaf continue !
Wafa s'est fait enlever le 27 Avril 2014 juste après avoir participé à un rassemblement pacifique à Tanger au Maroc. Cela fait un an que ses ennuis ont commencé. Aujourd'hui elle est en prison, elle a été condamnée à 2 ans de prison ferme.
Veuillez trouver ci joint le communiqué de presse qui fait le point sur la dernière initiative de l'appel international pour la libération de Wafa Charaf.
Nous vous invitons à signer la pétition en ligne
 
Lettre de remerciement et de reconnaissance de la détenue politique marocaine Wafa Charaf
 
« Mes salutations mes ami(e)s et camarades, mes salutations sont un mélange de joie de vous savoir libres et tristesse car je suis loin de vous, mes salutations sont celles de la résistance et des luttes. Mes salutations viennent de derrière les barreaux mais sont fortes de mon espérance et mon attente des lendemains meilleurs
Chers amis, sachez que j'ai reçu et continue de recevoir vos  cartes et lettres. vos message de soutien sont ma source de force et de résistance . sachez combien je vous suis reconnaissance de votre solidarité.
Merci à vous
Wafa Charaf.»
 
Wafa Charaf
Numero 92694
Prison civile de TANGER
90000TANGER

Un premier mai sous la pluie
Paris, Lyon, Strasbourg, Grenoble Bordeaux,…nos militantes étaient dans la rue sous la pluie


SUCCÈS DES MOBILISATIONS
POUR DIRE 
NON A LA LOI MACRON
NON A l'AUSTÉRITÉ
 
 
Manifestation du 9 avril :
 
UNE BELLE MOBILISATION UNITAIRE 
ET COMBATIVE !
 
Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé dans les rues de Paris. De nombreux cortèges de salariés des entreprises en lutte venant de province et de la région parisienne étaient présents principalement avec la CGT : le commerce avec les Carrefour Market et les grands magasins parisiens, la culture avec les grévistes de Radio France en tête, les enseignants, les personnels de la santé…
Des cortèges étoffés de FO, de la FSU, de SOLIDAIRES …
Les organisations du Front de Gauche, d’associations comme ATTAC, de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics,... avaient des stands le long du cortège.
Une belle banderole de solidarité avec le peuple grec, élaborée par les organisations syndicales appelant à la manifestation, a été très applaudie par les manifestants. Le collectif de solidarité "avec les grecs" distribuait un tract unitaire et  des autocollants…
Cette manifestation était un réel succès, un véritable bol d’air pur pour tous ceux qui se battent contre l’austérité et l’exploitation effrénée du patronat !
 
Le long du cortège, Egalité avait érigé 
Le mur de protestation des femmes pour dire NON à la loi MACRON
 
Une véritable ruche animée par le dynamisme de nos militantes et la force de notre conviction qu’il faut continuer à se battre. Des milliers de signatures de notre pétition contre l'extension du travail du dimanche et de nuit ont été collées sur le mur et d'autres milliers ont été collectées pendant la manifestation. 
De nombreux responsables d’organisations sont venus nous saluer : Jean Luc Mélenchon, Pierre Laurent, Christian Pierrel, Clémentine Autain, représentants des organisations politiques du Front de Gauche ; Laurence Cohen, sénatrice PCF, Céline Carlen, secrétaire de l'US Cgt Commerce et services de Paris, Fatiha Challal, déléguée centrale CGT de Carrefour Market, et beaucoup d’autres… 
Nous n'avons pas arrêté de diffuser notre flyer et de discuter avec les manifestants.
Une belle journée, bien remplie et qui a commencé tôt pour nos amies venues de province et nos militantes de la région parisienne qui étaient là dès 9H pour élever notre mur ! A Strasbourg et Bordeaux, nos militantes ont aussi participé aux manifestations locales en distribuant notre flyer et faisant signer la pétition.
 
Nous en sortons convaincues que le rapport de force contre le patronat et la  politique du gouvernement est en train de se construire et que nous ne manquerons pas à l’appel pour contribuer à son renforcement !   

 
Les 5H avec Femmes Egalité
Un succès ! 
 
Unité et Solidarité
avec les femmes et les peuples en lutte

Le 28 mars nous nous sommes retrouvés très nombreuses et nombreux à Paris à l'occasion de la réunion que nous avons organisé pour clôturer les célébrations du 8 Mars. 
Un public attentif, un contenu fort, des interventions, une solidarité palpable entre toutes les participantes, les femmes d’Egalité, les femmes syndicalistes du commerce, nos amies marocaines, grecques, palestiniennes… et tant d’autres ont été les points forts des 5 Heures avec femmes Egalité.
Nous remercions toutes les intervenantes. Vous pouvez télécharger le texte de notre intervention.

 
 
7 avril - Meeting du collectif 3A
Alternative A l'Austérite 
Devant un gymnase bondé, syndicalistes, représentants associatifs et politiques ont pris le micro pour illustrer les mauvais coups du patronat et du gouvernement  Hollande, Valls, Macron, contre les travailleuses et les travailleurs, contre l'ensemble du camp populaire. Salariés du commerce, chômeurs, syndicalistes de la CGT, défenseurs des services publics ont uni leurs voix aux représentants des organisations du Front de Gauche, d’EELV et des oppositionnels du PS. La représentante de Femmes Egalité  est montée à la tribune pour expliquer en quoi les femmes des milieux populaires sont en première ligne et comment elles se battent avec détermination, une intervention qui a été appréciée par le public. (Téléchargez l’intervention)
Un meeting combattif où tous les participants sont sortis animés de la conviction qu’il faut nous unir pour construire le rapport de force nécessaire pour combattre cette politique qui nous écrase. Chacune et chacun affûtait calicot et mots d’ordre pour la manifestation du surlendemain !

 
 
9 avril
TOUTES ET TOUS UNIS CONTRE L’AUSTERITE
Grande manifestation unitaire 
à 13h place d’Italie
 
C’est un rendez-vous important, le monde du travail avec le soutien des organisations politiques, des associations, investit le pavé pour manifester en force contre l’austérité, contre la loi Macron !
 
Nous invitons  à venir nous rejoindre.
Femmes Egalité va construire, le long du cortège de la manifestation à Paris  un mur de protestation des femmes pour dire
Nous collerons les milliers de signatures que notre pétition a récoltée pour que les voix de celles qui s’opposent à cette loi se joignent à la manifestation. 
NON A LA LOI MACRON
Nous vous attendons à hauteur du 172 Boulevard Montparnasse.  RER B Port Royal

FLYER
  
Comuniqué de presse du 7 avril





Journée de lutte et  de solidarité internationale des femmes
 
En avant pour un 8 mars dynamique et plein d’élan, fidèle à l’esprit insufflé par Clara Zetkin
 
 
Manifestation
Dimanche 8 Mars à 14h30 à République
 
Notre rendez-vous 14h 
angle place de la République/rue du Temple devant Camaïeu
 
 
Nous vous attendons nombreuses dans notre cortège 
pour scander nos mots d’ordres 
Travail du dimanche
Travail de nuit
Ça nuit, ça morcelle la vie
Projet de loi MACRON
Pour nous c’est NON !
 
Travail précaire
Bas salaires
Exploitation d’enfer
On n’en veut pas
Contre l’exploitation on se bat !
 
Budget d’austérité
IVG en danger, MATERNITES fermées
NON, NON, NON A l’hôpital du fric !
OUI, OUI, OUI A l’hôpital public
 
Pour toutes les travailleuses
avec ou sans papiers
un contrat et les mêmes droits
REGU, REGU, REGULARISATION
des travailleuses sans papiers
 
De Paris à Ouaga
De Athènes à Gaza
Femmes des peuples du monde entier
SO-SO-SOLIDARITE
 
Le 8 mars, c’est une occasion importante de célébration des luttes des femmes pour  défendre leurs droits, pour faire entendre leurs exigences, pour porter dans la rue leur aspiration à une société de progrès, juste et égalitaire. Et des luttes il y en a, nombreuses, courageuses, déterminées, menées notamment par les travailleuses dans le commerce, les services publics, l’hôtellerie, le nettoyage ; pour défendre le droit à l’IVG, la santé ; … 
 
Et ce combat-là n’a pas de frontières ; aux quatre coins du monde, les femmes descendront dans la rue pour défendre leurs revendications, pour exiger des changements profonds et réels, car partout dans le monde, si leurs conditions de vie et de travail se dégradent, leur force collective cependant se renforce. 
Regardons nos sœurs grecques, burkinabées, palestiniennes… Car c’est aussi une journée de solidarité internationale entre les femmes qui se battent pour ces mêmes objectifs partout à travers le monde. Une solidarité active qui nourrit nos combats et les aident à avancer. 
 
Aux attaques d’ampleur contre les conditions de vie et de travail des femmes des milieux populaires, aux opérations « d’union nationale » pour nous faire marcher au pas derrière celles et ceux qui nous exploitent, aux dangers de division qui se profilent avec des propos et des actes d’intolérance et de discrimination auxquels nous assistons. Opposons-leur notre unité et solidarité actives. 
Lorsque les femmes se mettent ensemble pour défendre leurs revendications, elles apprennent à se faire confiance, à s’appuyer les unes sur les autres. La suspicion, la haine de l’autre sont alors battues en brèche. 
 
Que ce 8 mars nous permette de montrer concrètement comment s’exerce l’unité des femmes du peuple, l’unité des femmes des peuples pour défendre nos aspirations. Montrons comment, par nos actions au coude à coude, nous arrivons à balayer toutes ces idées qu’on veut nous mettre dans le crâne pour nous diviser.
 
Comité Clara ZETKIN – Femmes Egalité Région Parisienne
 

Premier tour des élections départementales 2015
 
Exprimons notre refus de l’austérité !


Notre position

 


PASSAGE EN FORCE DE LA LOI MACRON :

L’avis et la vie des travailleuses du commerce
foulées aux pieds !

 

Le gouvernement vient de faire appel au tristement fameux article 49/3 pour faire passer la loi Macron. Ceux qui voulaient, il y a peu, se faire passer pour les « champions » des défenseurs de la démocratie ont eu recours à la méthode la plus anti-démocratique pour s’assurer que leur loi scélérate passe !

La méthode même est un aveu : malgré toutes les grandes déclarations médiatiques, Manuel Valls et son gouvernement, à commencer par Emmanuel Macron, n’étaient pas sûrs de pouvoir faire adopter leur loi. 
Les premières concernées, les salariées du commerce, qui représentent la grande majorité du personnel de ce secteur, le disent avec force : elles ne veulent pas de l’extension du travail du dimanche et en soirée qui détruit leur vie et leur santé. Discussions, signatures des pétitions, manifestations… en témoignent. A chaque fois que nous sommes allées à la rencontre des salariés du commerce, elles et ils n’ont pas hésité à clamer leur opposition à la loi Macron. Les méthodes dont use le gouvernement sont inacceptables !
Faisons-le savoir massivement.

Continuons notre lutte pour empêcher l’application de cette mesure dont rêve le patronat, et qui va aggraver l’exploitation de millions de travailleuses et de travailleurs. Pour notre part, nous sommes déterminées à continuer de nous battre pour nos salaires et nos conditions de travail et de vie, pour une société de progrès.


Le 17 février 2015

Le Comité National
 

Fortes de l’aveu d’échec que constitue l’utilisation du 49.3 pour faire passer la loi Macron, nous appelons nos adhérentes et nos amies à redoubler d’efforts pour faire signer la pétition.
Continuons à faire grandir l’opposition à la loi Macron qui sera présentée au Sénat le 6 avril.


Journée internationale de lutte des Femmes
 
Manifestation
Dimanche 8 Mars à 14h30 à République
Notre rendez-vous précis vous arrivera ultérieurement 
 
Manifestation appelée par les organisations féministes, les syndicats et partis politiques
Femmes Egalité est signataires de l’appel,
nous vous invitons à y participer!


 

NON à la loi Macron 
 

    Après-midi de mobilisation pour faire signer la carte-pétition contre la loi Macron
Le mercredi 28 janvier
16h à 19h
Devant le centre commercial Italie 2 Galaxie
(Entre la rue Bobillot et l’avenue d’Italie) Métro place d’Italie
  
MOBILISONS-NOUS
CONTRE LA LOI MACRON
UNE ATTEINTE GRAVE CONTRE LES DROITS DES TRAVAILLEURS
ET EN PARTICULIER DES FEMMES !
 
Le projet de loi a commencé a être discuté à l’Assemblée aujourd'jui,  26 janvier. 
Continuons de nous mobiliser pour lui faire barrage !
 
 TRACT D'EGALITE SUR LE TRAVAIL DU DIMANCHE
 
 
Les féministes contre le projet de loi Macron
 
Le projet de loi Macron prévoit l’extension du travail du dimanche, en soirée et de nuit dans le commerce. C’est une atteinte grave au code du travail et un pas de plus vers une flexibilité et une exploitation accrue.
 
Les femmes sont au centre de cette attaque : elles sont majoritaires dans le commerce, où elles cumulent contrats précaires, temps partiels imposés et bas salaires. 73,5% des vendeurs sont des femmes, 78,5% des caissiers sont des femmes La loi Macron prétend leur permettre de gagner plus en travaillant le dimanche et en soirée. Mais nous savons bien que les compensations en vigueur aujourd’hui dans le commerce vont disparaître avec l’extension et la banalisation de ces horaires de travail. Leur situation va se précariser davantage et mettre encore plus en jeu leur santé, leur vie sociale et familiale, notamment l’organisation de la garde et de l’éducation des enfants.
L’extension du travail du dimanche et en soirée touche l’ensemble de notre organisation sociale. Nous ne voulons pas « vivre pour travailler ».

Les travailleuses et travailleurs du commerce se mobilisent pour dire non à cette dégradation de leurs conditions de vie et de travail. 

Nous, organisations féministes,  apportons notre soutien à la manifestation d’intersyndicale du 26 janvier à Paris, premier jour de débat à l’Assemblée nationale.
Nous appelons à signer massivement la carte-pétition destinée à F. Hollande, éditée par le collectif composé de syndicats, d’organisations politiques et d’associations
 
Après-midi de mobilisation des féministes
Pour faire signer la carte pétition
Mercredi 28 janvier de 16h à 19h
Devant le centre commercial Italie 2 Galaxie, place d’Italie.
 
Organisation de Femmes Egalité, Collectif National des Droits des Femmes, CADAC, Les Effrontées, Marche Mondiale des Femmes
 

Telechargez la carte postale à envoyer au président  pour lui demander de respecter ses promesses de campagne et ne pas étendre le travail du dimanche !!!


Nous saluons la victoire électorale de Syriza !
 
 
C’est avec une grande joie que nous saluons la victoire électorale de Syriza ce dimanche 25 janvier !
 
Elle est le fruit des années de luttes des femmes et des hommes du peuple grec, des militants de Syriza, sur le terrain des combats économiques et sociaux et pour leur dignité.
 
Cette victoire, c’est celle des travailleuses et travailleurs, des chômeurs, des femmes et des jeunes, des retraités… qui ont donné leur soutien à un programme courageux contre la politique d’austérité avec des mesures immédiates pour améliorer leurs conditions de vie et de travail. C’est la victoire de la résistance contre la Troïka qui a imposé des années noires d’austérité au peuple grec. Aujourd’hui Syriza est en place pour tenir tête aux Institutions européennes !
 
Nous nous réjouissons de cette brèche enfin ouverte pour celles et ceux qui luttent contre le libéralisme et  les politiques austéritaires dans tous les pays européens.
C’est toute une dynamique contre la politique néolibérale en Europe qui peut se mettre en route ! Elle représente un espoir pour les femmes et tout le camp populaire !
 
Ce sont de nouvelles perspectives qui s’ouvrent pour nos mobilisations ici en France, et qui nous insufflent une énergie pour les mener avec plus de détermination encore : contre la loi Macron qui veut mettre à terre les protections de notre code du travail, contre les mêmes politiques d’austérité qui mettent à mal notre système de santé et de protection sociale …  
Menons ces combats. C’est cette solidarité de lutte qui est à l’ordre du jour aujourd’hui et qui nous permettra de continuer de nous renforcer mutuellement.
 
Vive la lutte des femmes et du peuple grec
Vive la solidarité internationale
Le Comité National
26 janvier 2015

 
Les évènements qui viennent de secouer notre pays
confortent notre engagement à poursuivre les luttes que nous avons engagées.

Plus que jamais, continuons de nous battre
pour faire avancer nos droits et ceux des peuples !

Plusieurs rendez-vous sont déjà fixés.


 
Notre organisation a participé au meeting de solidarité avec le peuple grec qui s'est déroulé à Paris lundi 19 janvier. 
Notre présidente est montée à la tribune pour y intervenir devant une salle de 2000 personnes. 
Cette soirée a été un grand succès, illustrant l'intérêt pour la lutte du peuple grec qu'il y a ici.
Télechargez son intervention.
Visionnez la vidéo (intervention d'Ana Azaria à 32 min)

CHARLIE HEBDO

Position sur les marches du 11 janvier 2014


Communiqué du 7 janvier 2014

BONNE ANNEE 2015


  
POUR LES FÊTES... BUVEZ SOLIDAIRES!!!
Retrouvez nos mugs auprès de nos adhérentes

Existe en bleu, jaune, vert et noir
6€ l'unité

 
NON au projet de loi Macron
Manifestation Mardi 16 décembre  à 11 heures, Place Diaghilev 75009 Paris                                   (métro Chaussée d’Antin Lafayette ou RER A Auber)   
la 
manifestation ira en direction de la Place de la République
 
Travail du DIMANCHE, Travail en SOIREE, 
Travail de NUIT: 
ÇA  NUIT ! ÇA  DETRUIT NOS VIES !
 
L’extension du travail du dimanche et du travail en soirée constitue une grave attaque contre le droit du travail. Le projet de loi Macron cherche à faire sauter le repos dominical, important verrou qui permet d’entraver une flexibilité forcée des horaires et une surexploitation accrue. 
C’est le  commerce qui est en ligne de mire. Mais l’extension du travail du dimanche et en soirée risque fort de dépasser ce secteur et de s’imposer à d’autres activités : le personnel d’entretien qui nettoie les centres commerciaux, les surveillants ; mais aussi les transports de ces personnels qui seront amenés à se déplacer en nombre… Et après, à qui le tour ? 
 
Les femmes des milieux populaires au centre de l’offensive

Manifestation jeudi 18 décembre à 18h
Belleville/République/Strasbourg-Saint Denis
 
 
Travail au noir, on n’en veut pas !
Travailleuses NON déclarées = Travailleuses surexploitées
Travailleuses sans papiers, il faut les régulariser
Pour les droits des travailleurs et travailleuses 
migrant-e-s et de leurs familles
Pour la régularisation des sans-papiers
Pour l’égalité et le respect des droits
 


TRAVAIL du DIMANCHE, 
Travail en SOIREE,  TRAVAIL de NUIT 
CA NUIT ! CA DETRUIT NOS VIES !
 
Assemblée populaire sur le travail du dimanche  4 décembre à Paris
Venez nombreuses et nombreux
 


 
Nous appelons participer à la manifestation du 6 décembre
Contre le chômage, la précarité et pour la justice sociale !


Liberté pour Wafae CHARAF
Campagne international de soutien 
Signez la pétition 
 
Samedi 13 décembre à 14h30
Table ronde
sur la situation des droits de l'Homme au Maroc
 
 
A l'occasion de la journée internationale des droits de l'Homme, l'Appel international pour la libération de Wafaa Charaf vous convie à une rencontre de soutien aux victimes de violations des droits humains.
 
Programme :
1ère partie: Animée par Ana AZARIA de Femmes Egalité.
La solidarité internationale pour casser l'isolement des militants des droits humains emprisonnés au MAROC. Cas de Wafaa Charaf
  • Mot de bienvenue de Mr Didier Paillard, Maire de St Denis
  • Projection du film sur le parcours militant de Wafaa Charaf
  • intervention de Maître Ahmed El Hariri, un des avocats de Wafa Charaf
  • Témoignages
 
2ème partie : Animée par Rosa Moussaoui.
Plusieurs organisations nationales et internationales de défense des droits de l'Homme exposeront la situation actuelle des droits de l'Homme à la lumière de la tenue du FMDH à Marrakech.
 
Contact : ailesfm@gmail.com
 
 
Dernière minute  Dernière minute  Dernière minute
 
Wafae Charaf a fait une grève de la faim le 25 et 26 novembre pour demander son droit à poursuivre à la fac de Tanger des études  et en solidarité avec l'Association marocaine des droits de l’homme.
Première  victoire 
Après sa grève de 48H, Wafae Charaf a obtenu le droit de s'inscrire à la fac de droit !
 
L’administration a promis de permettre un parloir à ses camarades en plus de la visite de sa famille. Elle salue tous ses soutiens
 
 
Le 15 novembre, syndicalistes, militantes et militants d’associations et d’organisations  politiques étaient ensemble  dans la rue contre l’austérité !
 
Femmes Egalité a participé 
aux mobilisations à Paris, Bordeaux, Lyon et Strasbourg.

Nous vous invitons à lire le communiqué du Collectif 3A (Alternative A l’austérité) et à regarder notre diaporama. 

 
La journée de manifestations du samedi 15 novembre appelée par le collectif 3A constitue d’ores et déjà un succès. Jamais en effet depuis l’élection de François Hollande aucun appel de ce type n’avait rencontré une telle diversité de signataires. A Paris comme dans une vingtaine de grandes villes françaises dont Toulouse, Bordeaux, Nantes, Lyon, Strasbourg, Metz, Nice, Limoges etc… manifesteront unis syndicats, associations, partis politiques, personnalités.
Après le premier appel de 250 signataires, ce sont en effet plus de 70 organisations qui se mobilisent aujourd’hui pour dire non au budget du gouvernement Valls-Hollande, non aux exigences du Medef, pour une alternative sociale, écologique et démocratique à la politique actuelle.
Le collectif3A appelle aussi dans ces manifestations à protester contre la criminalisation et la répression accrue des mouvements sociaux, écologiques et citoyens et à exiger la vérité et les sanctions au plus haut niveau de l’Etat suite à la mort de Rémi Fraisse.
LA MANIFESTATION PARISIENNE PARTIRA DE DENFERT-ROCHEREAU A 14 HEURES
La liste des autres manifestations se trouve sur le lien suivant :
http://www.collectif3a.org/?page_id=153
Ceux qui appellent au 15 novembre (liste établie au 13 au matin).
Les 300 premiers signataires : http://www.collectif3a.org
Les organisations :
Syndicats :
CGT :
URIF-CGT (Ile-de-France), UD CGT 75, UD CGT 94, UD CGT 91, UD CGT 92, 
UD CGT de la Marne, Ariège, Haute-Garonne, Loire-Atlantique, Puy-de-Dôme,Hautes-Pyrénées, Pyrénées orientales, Seine-Maritime, Tarn et Garonne, UL CGT Brest, UL CGT Roissy, Arles et Metz
CGT de la Culture, CGT Finances,  Fédération de l’équipement et de l’environnement CGT?, Fédération des organismes sociaux CGT, ?Fédération des services publics CGT, Fédération Nationale des Industries Chimiques CGT?, Filpac-CGT, Syndicat National CGT de la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (SNACCRF-CGT), Syndicat National des Agents des Douanes CGT (SNAD-CGT)?, Syndicat National des journalistes CGT (SNJ-CGT)?,  Union Générale des Fédération de Fonctionnaires CGT, Union Syndicale CGT Commerce et Services de Paris, CGT Pôle emploi Bretagne, CGT Pôle emploi Ile de France, Fédération nationale agriculture et forêt (FNAF), Syndicat national travail emploi formation professionnelle
FSU : SNASUB, SNPES PJJ-FSU, SNESUP, SNUITAM-FSU?, SNUPDEN-FSU, SNU Pôle emploi-FSU, FSU Doubs, FSU Haute-Garonne, FSU Gironde, FSU Pyrénées Orientales, FSU Haute-Savoie, FSU Loire-Atlantique, FSU Oise et FSU Seine-St Denis
Solidaires : Sud-Energie, et aux manifestations de leurs départements : Solidaires 29, Solidaires 63, Solidaires Rhône, Solidaires Loire-Atlantique, syndicat sud du Conseil Général de Moselle
UNEF : AGE UNEF Clermont Ferrand?, AGE de l’ENS 
Partis : Front de Gauche, NPA, Nouvelle Donne, Gauche d’EELV, Les Socialistes affligés, des membres du BN du MJS, et, sur leurs bases, Alternative Libertaire et  le POI.
Associations : AC !, ANECR, APEIS, ATTAC, CADTM, Confédération paysanne, Convergences des services publics, Fondation Copernic, DAL, les Ef-fronté-e-s, Féminisme enjeux, Femmes égalité, La Gauche Par l’exemple, L’association Lesbiennes of color (LOCs), MNCP, MRAP, Osez le féminisme, Rencontres sociales, Sortir du Colonialisme, UFAL – Union des Familles Laïques, Syriza France
Communiqué du collectif 3A – 13 novembre 2014
 
 
TOUTES PRÉSENTES LE 15 NOVEMBRE
 
 


COMMUNIQUE DU COLLECTIF 3A
après l'intervention télévisée de François Hollande

ARTICLE POLITIQUE D'EGALITE N°72
à télécharger



Solidarité avec les femmes et le peuple burkinabés 
 
MANIFESTATION DEVANT L'AMBASSADE DU BURKINA FASO A PARIS
 
SAMEDI  08 NOVEMBRE  DE 15H A 18H00
 
32 rue de Courcelles
Accès : métro Saint Philippe du Roule
 
A l’appel de plusieurs organisations (voir fichier joint)
 
Femmes Egalite appelle et participe à cette manifestation pou 
  • Soutenir le Peuple Burkinabé qui exige une transition démocratique, civile et consensuelle librement élaborée et mise en œuvre par tous les acteurs impliqués dans le combat titanesque pour tourner la page de l'ère Compaoré,
  • Appeler au renforcement de la solidarité internationale et à la vigilance de l'opinion démocratique internationale qui doit dénoncer toute ingérence étrangère qui viserait à récupérer ou saborder le processus démocratique enclenché par le mouvement insurrectionnel burkinabé,
                                                  Blaise Compaoré est parti mais son système demeure ! 
 La lutte doit se poursuivre pour lever tous les obstacles sur le chemin conduisant à l'enracinement de la Démocratie et à l'érection d'institutions fortes au Burkina Faso !
 
Cela fait des années que les forces sociales et politiques au sein de la « coalition nationale de lutte contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés (ccvc) » mobilisent et organisent le peuple burkinabé pour venir à bout du régime de Compaoré, ces mobilisations ont gagné en ampleur et la colère a explosée, après des années de misère et de répression,  quand Compaoré a essayé de rester au pouvoir en réformant la constitution. 
 
Aujourd’hui l’armée essaye de confisquer cette victoire à travers un coup d’État. 
 
L’impérialisme français, pratiquant la politique d’ingérence qui le caractérise a proposé ses services pour escorter son grand allié, Compaoré et lui trouver refuge en Côte d’Ivoire. 
 
Le peuple burkinabé reste mobilisé la CCVC appelle l’ensemble des populations des  villes et des campagnes à faire échec au coup d’état  de  l’armée, par leur mobilisation et leur détermination. 
 
Nos liens avec les femmes et le peuple burkinabé sont anciens. Nous avons de liens étroits avec Kebayina et la CGTB qui font partie de la CCVC. Nous avons une responsabilité majeur envers les femmes et le peuple burkinabé qui se battent pour la liberté, la justice et la démocratie et trouvent en face l’armée. Nous devons nous mobiliser avec force pour manifester notre soutien et combattre les ingérences de l’impérialisme français.
 
 
Soyons très nombreuses samedi à 15h
 
 
Comité Clara Zetkin - Femmes Egalité Région parisienne

TRAVAIL DU DIMANCHE, 
TRAVAIL DE NUIT
ÇA NUIT, ÇA MORCELLE LA VIE
Soyons nombreuses pour 
soutenir les travailleuses du commerce
Rassemblement lundi 29 septembre à 10H
devant la Mairie de Paris
 
Nous reproduisons le tract de l’US CGT Commerce et Services de Paris 
US Commerce et Services de Paris
TRAVAIL DU DIMANCHE, TRAVAIL DE NUIT :
TOUS CONCERNES, TOUS MOBILISES !
Aujourd’hui, la dérèglementation des horaires dans le commerce à Paris n’est plus une menace lointaine. Bien au contraire, nous pourrions subir à court terme l’extension du travail du dimanche et de nuit. Le gouvernement actuel a fait le choix de satisfaire les vieilles exigences du patronat en matière de flexibilité horaire. Sans mobilisation, nous, les salariés parisiens du commerce et des services, seront les premières victimes de cette politique. 
Depuis plusieurs années, la CGT, avec ses organisations parisiennes, cherche à contenir la fuite en avant des horaires. Manifestations, rassemblements, campagnes, actions juridiques ont permis de limiter la casse. La récente victoire contre la direction de Séphora qui voulait imposer le travail de nuit sur les champs Elysées, le succès de la mobilisation des salariés des grands magasins du boulevard Haussmann le 25 juin dernier ont prouvé que nous pouvions gagner. C’est une des raisons, sinon la première, qui pousse aujourd’hui le gouvernement à vouloir imposer le plus rapidement possible les revendications du patronat en matière de temps de travail. 
Après les déclarations fracassantes de Laurent Fabius en avril dernier qui, avec des arguments mensongers sur la fréquentation touristique, appelait à étendre le travail dominical, le premier ministre Manuel Valls, fort du soutien du MEDEF, a précisé les choses le 04 septembre : le gouvernement changera la loi pour satisfaire aux exigences du patronat. S’il le faut par ordonnances, c’est-à-dire sans aucune forme de débat. 
La Mission d’Information et d’Evaluation du Conseil de Paris rendra bientôt ses suggestions sur la question du travail dominical et de nuit. Rappelons-le, le commerce à paris est le laboratoire en matière de dérèglementation du droit du travail. Sans être extra-lucide, nous savons que le rapport préconisera une extension des zones dites touristiques qui permettent d’étendre les horaires d’ouverture et se prononcera probablement pour une évolution de la loi dans le sens…des revendications des patrons. 
 
Non, nous les salaries du commerce, nous ne voulons pas du travail le dimanche, nous ne voulons pas du travail de nuit ! 
Mobilisés, nous pouvons gagner !
 
L’US CGT commerce et services de Paris et le SPACS CGT appellent tous les salariés du commerce à se rassembler devant la Mairie de Paris lundi 29 septembre à 10H, jour du Conseil de Paris, pour défendre le droit au repos dominical et dire non au travail de nuit
 
                                           GRÉVE HYATT HOTEL                                         
Le 19 septembre les salariés de Luxe et Traditions, sous traitant de Park Hyatt Hôtel, ont déclenché une nouvelle grève pour les conditions de travail et les salaires. Il s'agit des femmes de chambre, valets, équipiers et gouvernantes, qui avaient il y a un an déjà mené une grève victorieuse. Nous sommes allées les rencontrer devant l'hôtel de la rue de la Paix. Les négociations entre la CGT et le sous-traitant sont en cours.
 
Une manifestation est prévue mardi 23 septembre,                   
 
  à l'occasion de la fashion-week : comme l'an dernier,              

rendez-vous à 11h45 devant l'hôtel, 5 rue de la Paix (métro Opéra), 
pour un cortège bruyant (percussions et casseroles bienvenues) et haut en couleur !
Venez nombreuses et nombreux !
 
 
COORDINATION NATIONALE des COMITÉS de DÉFENSE
Des HÔPITAUX et MATERNITÉS de proximité
 
 
23 SEPTEMBRE 2014
 
 
  
 Hospitaliers, Usagers, citoyens, 
manifestons toutes et tous ensemble 
contre l’hôstérité, le 23 septembre à 11 H 00 devant le Ministère de la Santé 14 Avenue Duquesne PARIS 007
Dans la Santé, il faut que ça change !
 
 
APPEL A TOUS LES COMITES, ADHERENTS de la COORDINATION NATIONALE POUR QUE NOUS Y SOYONS TRES NOMBREUX 
 
BANDEROLES  -  DRAPEAUX -  SLOGANS -  TROMPES - TAMBOURS FAISONS ENTENDRE NOTRE REFUS DE LA CASSE DU SERVICE PUBLIC DE SANTE ET DE SON  ASPHYXIE BUDGETAIRE !
 
TOUS A PARIS LE 23 SEPTEMBRE !
 
 
NOTRE SANTÉ EN DANGER
 
Communiqué du 6 Septembre 2014 d’organisations membres de Notre Santé en Danger : appel à la mobilisation du 23 Septembre
 
Réunies le 6 septembre, les organisations de Notre Santé en Danger présentes appellent à participer à la mobilisation du 23 septembre initiée par la Convergence des hôpitaux en lutte contre l’hôstérité.
Usagers-ères, citoyennes, salariées de la santé, du social et du médico-social, nous sommes toutes et tous concernés par le budget d’austérité -25 milliards d’euros d’économies sur la santé et la protection sociale d’ici 2017- qui sera voté à l’automne et par la future loi de santé et ses conséquences.
Cette mobilisation du 23 septembre est une nouvelle étape dans la construction d’un mouvement citoyen défendant les principes de solidarité et le droit à la santé pour toutes et tous.

Les organisations de Notre Santé en Danger appellent à l’élargissement de ce mouvement et à sa poursuite.
Elles soutiendront toute initiative unitaire allant dans ce sens.

MONOPRIX - REINTEGRATION D'AKILA
Le 19 septembre à 12h, rassemblement devant le Monoprix Roquette dans le 11e pour fêter tous ensemble autour d'un buffet la réintégration d'Akila Diagne, déléguée CGT, suite à son licenciement abusif. 
Nous étions nombreux à cette occasion pour nous réjouir du succès de notre mobilisation et pour continuer à dénoncer les pratiques de harcèlement de la direction, en particulier envers les délégués syndicaux et les représentants du personnel, et à exiger son départ.

Femmes Egalité à la Fête de l’Huma
 
Cette année, Egalité avait son propre stand

 
Ce fut une véritable ruche : un stand de femmes en lutte et solidaires avec les travailleuses qui résistent, avec les femmes d’autres peuples qui se battent dans leurs pays pour l’émancipation et le progrès social.
 
Un stand vivant, dynamique et joyeux !
Nos mots d’ordre pour exiger la revalorisation des salaires des métiers féminisés, affichés sur le fronton de la tente, ont attiré de nombreux visiteurs. Nous citions bon nombre de ces métiers où les femmes apportent leurs compétences mais sont très mal payées. Les luttes qu’elles mènent dans ces secteurs ont été valorisées par une exposition de panneaux et la diffusion d’un argumentaire sur la nécessité de l’augmentation des salaires dans ces métiers.
file:///Users/katmich/Desktop/index3.html
Lire la suite

Les femmes de chambre de Hyatt hôtel en grève depuis le 19 septembre pour l’augmentation des salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail. Passons les soutenir au 5 rue de la Paix , métro Opéra.
 

Femmes Egalité à la Fête de l’Humanité

RDV SUR NOTRE STAND
SAMEDI 13 SEPTEMBRE
POUR UN APERITIF ET UN DEBAT

(voir plus bas)
 
Chères Amies, Chers Amis,
 
Comme chaque année, la Fête de l’Humanité est un grand rendez-vous militant auquel notre organisation de femmes va participer, comme les années précédentes.
Nous tous, actrices et acteurs du mouvement social, nous avons besoin d’échanger, de débattre, de confronter nos idées et nos arguments devant la complexité de la situation que nous traversons : avec ce nouveau gouvernement qui scelle sans complexe le cap néolibéral fixé par Hollande, alors que chômage et pauvreté explosent ; avec une actualité internationale marquée par des conflits sanglants où les populations civiles paient un tribut de plus en plus lourd. Échanger et débattre pour résister et développer notre riposte est plus que jamais nécessaire.

 
 
Notre organisation veut contribuer à ces débats en portant les préoccupations et les exigences des femmes des milieux populaires,  et des luttes qu’elles mènent avec détermination en France et par le monde.
 
Le  samedi  13  septembre nous vous invitons  à notre stand  pour deux temps forts (consulter notre Flyer) :
 
Ø  A 12h30, nous vous invitons à un apéritif de la SOLIDARITÉ INTERNATIONALE avec la participation  des militantes  palestiniennes,  marocaines et tunisiennes. La résistance des femmes et du peuple palestinien sera à l’honneur.
 
Ø  A 14h30, nous organisons une RENCONTRE - DÉBAT autour des témoignages des luttes que mènent les assistantes de vie scolaire, les salariées du  commerce, les agents de service hospitaliers, les travailleuses du service à la personne et du  nettoyage, …
 
Durant les trois jours de cette fête, vous pouvez voir notre exposition sur les luttes et la solidarité, échanger avec nos militantes, et déguster nos gourmandises sucrées des quatre coins du monde.
 
VENEZ  À NOTRE STAND  AVENUE AUGUSTE DELAUNE
 
Femmes Egalité interviendra egalement dans les débats suivants auxquels nous vous invitons à participer:
Samedi 13 Septembre  11h à 12h30  au Stand des Amis de l’Humanité
Avenue Oscar Niemeyer
Les luttes, les histoires des femmes avec
- Ghislaine Tormos, ex PSA Aulay, maintenant à Poissy
- Sophie Tessier, intermittente
- Débora Follot, Park Hyatt Vendôme
- Zahia Sebki ex travailleuse sans papiers
- Ana Azaria Femmes Egalité
 
Dimanche 14 Septembre  13h au stand du Conseil National du PCF
Angle Avenue Aimé Cézaire/Toussaint Louverture
Le salariat féminin : quelles luttes face à la précarisation massive? 
- Ana Azaria, Association "femmes/égalité" 
- Solange Cidreira, réseau européen "Féministes pour une autre Europe" 
- Elisabeth Gauthier, Membre du Conseil National du  PCF, Directrice d'Espace Marx 
- Vincent Taconet, coéditeur de l'ouvrage   "Femme travail, métiers de l'enseignement, rapport de genre,  rapport de classe". 
Débat animé par Laurence Cohen, responsable de la 
commission nationale du PCF "Droits des femmes/féminisme", sénatrice. 
 
Dimanche 14 Septembre à 14h30
Stand du Front de Gauche – Avenue Toussaint Louverture.
« Féministes, ensemble pour les droits des femmes, l'égalité, contre les politiques austéritaires et réactionnaires »
Débat à l'initiative des féministes du Front de Gauche où se mêleront mouvements et associations féministes
Laurence Cohen PCF, Delphine Beauvois PG, Marie Pierre Toubhans, Anne Leclerc, Stéphanie Treillet Ensemble, Véronique Lamy, PCOF Maya Surdut CNDF/CADAC, Anne Cécile Mailfert, porte parole d'OLF, Muriel Naessens Féminisme enjeux, Ana Azaria Femmes Egalité, Sabine Salmon Femmes Solidaires




Nous vous attendons nombreuses et nombreux !

 

CONTRE LA REPRESSION SYNDICALE A MONOPRIX 

  
L'US CGT Commerce Paris et le SPACS CGT ont lancé la pétition
"Militants, salariés, clients: Signez la pétition contre le licenciement d'Akila, élue CGT au Monoprix Roquette" .   
La direction de Monoprix a engagé contre Akila Diagne, déléguée CGT, une procédure de licenciement avec mise à pied immédiate. 
C’est sur une demande d’embauche de  personnel  pour les soldes, faite par Akila DIAGNE que la directrice a décidé d’engager une procédure de licenciement contre elle et de la mettre à pied !
L'US CGT commerce et Services Paris et le SPACS-CGT appellent à la solidarité pour protester contre la répression syndicale féroce organisée par la direction de ce Monoprix contre les délégués CGT de cette entreprise.
Femmes Egalité a participé aux deux rassemblements de soutien à Akila et invite à signer lrgement la pétition pour la soutenir. Stoppons la repression et le harcèlement contre les syndicalistes, utilisés trop fréquemment dans le commerce.
SIGNEZ LA PETITION en cliquant ici.   !
 
 
EGALITE n°71 EST SORTI
Consultez la une, l'edito et le sommaire
dans la colonne de droite.

Télechargez l'article politique

Hôpital Bagatelle à Talence :
Victoire des ASH contre ELIOR !

 

Après 30 jours de grève, les salariés d’ELIOR, en majorité des femmes, font plier le leader mondial de la restauration et des services, sous-traitant pour cette hôpital  situé à Talence  près de Bordeaux.
Véritables chevilles ouvrières de l’hygiène et du confort pour les patients, ces femmes sortent de l’ombre pour réclamer une augmentation de salaire et de meilleures conditions de travail.
Les militantes du comité Flora Tristan les soutiennent et participent à l’organisation de la solidarité active autour de leur lutte. (Voir le message adressé aux grévistes)
30 jours de grève pour « ces petits salaires »  et une première victoire : elles obtiennent 3 CDI (au lieu de CDD), une reconnaissance de leur qualification avec effet rétroactif (mais seulement de 9 mois au lieu de 3 ans), et 120€ nets de prime exceptionnelle. Un grand bravo à leur courage et leur ténacité !
Elles ont repris le travail la tête haute, et continuent de demander de meilleures conditions de travail, notamment concernant la durée de présence sur le site.

Message de soutien d'Egalité


Comité Louise Michel - Strasbourg
Soutien aux grévistes de SENERVAL


Il y a 4 ans, l’entreprise Sénerval (filiale du groupe Séché Environnement) reprenait la délégation de service public de l’usine d’incinération de Strasbourg. Elle s’était engagée à réparer les équipements et à les maintenir en bon état de fonctionnement. Mais 4 ans après, rien n’a été fait et les incidents se multiplient : chaudières défectueuses, filtres bouchés… Conséquences : des conditions de travail nuisibles et dangereuses pour les salariés qui sont en contact direct avec des poussières hautement toxiques et cancérigènes (CMR), polluant l’air environnant.
Les militantes d’Egalité de Strasbourg ont organisé des actions de solidarité : porte à porte à l’Esplanade, un quartier proche, pour informer les riverains ; tenue d’un stand au marché aux puces nocturne du Port du Rhin situé tout près de l’usine, avec un panneau explicatif, le tract syndical des grévistes, et une caisse de solidarité. De notre point de vue, les familles des quartiers environnants devaient être informées des risques pour leur santé et celle de leurs enfants, pour pouvoir appuyer la lutte de ces travailleurs afin qu’elle aboutisse. Et l’initiative a été très bien accueillie. 100€ de soutien ont été récoltés.
Il aura fallu 80 jours de grève des salariés de Sénerval pour obtenir l’engagement que les équipements soient entretenus (deux arrêtés préfectoraux contraignent l’entreprise à opérer les travaux), la création de 5 emplois supplémentaires, et le versement d’une prime de redémarrage représentant 1,6 mois de salaire. Si pour les grévistes, le compte n’y est pas, il reste un mois de salaire non payé, l’issue de cette formidable bagarre est favorable aux salariés. Une belle victoire !  Une grande fête de solidarité est déjà programmée…
 
Message de soutien d'Egalité
 


MANIFESTATION ET OCCUPATION DE
L'OPERA GARNIER

LE 20 MARS
avec le mot d'ordre
"Chômeurs, intermittents, précaires, intérimaires, avec ou sans papiers... SOLIDARITE"

Femmes Egalité exprime toute sa solidarité



Comité Clara ZETKIN Organisation de Femmes Egalité Région parisienne
Samedi 8 mars
Journée Internationale de lutte des Femmes
Date symbole, chargée d’histoire, cette journée nous permet de rappeler le combat permanent des femmes qui, dans tous les coins de la planète, se bagarrent pour conquérir des droits ou contrer la remise en cause de leurs acquis.
 
Ce 8 mars 2014, nous étions des milliers à défiler dans le cortège de la manifestation unitaire de Paris.
Dans notre cortège se trouvait notamment les travailleuses sans papiers chinoises et ivoiriennes en lutte pour leur régularisation, saluées et applaudies par les manifestantes.


Afficher la suite de cette page


ABONNEZ-VOUS
à l'aide du coupon suivant
à remplir après l'avoir
téléchargé en cliquant dessus



Le Dernier Journal EGALITE - N°80 est paru
en JUIN 2017.

POUR LA SORTIE DE CE NUMERO,
LA COUVERTURE D'EGALITE
PASSE A LA COULEUR !

Retrouvez-nous dans les différentes mobilisations auxquelles nous participons pour vous le procurer ou écrivez-nous pour le commander.





   

Cliquez sur les images pour les télécharger